Evelyne Brisou-Pellen

Pour en savoir plus...




plume
Mes débuts
Quand j'étais enfant, j’aimais beaucoup l’expression écrite, sans avoir pour autant l’idée de faire de l’écriture mon métier.
C’est en 1977 que, par hasard, j’écris un petit texte. Je l’envoie à un journal, et il est publié. Puis j’ai d’autres idées, dont l’une pour un roman : “Le Mystère de la Nuit des Pierres”, que j’écris en 1978.
Ne sachant quel éditeur pourrait cette fois le publier, je me rends dans une librairie, et je regarde les productions de chacun. Celles des éditions de l’Amitié (aujourd’hui Rageot) me paraissent intéressantes, je leur envoie donc le manuscrit... par la poste simplement. Il est accepté.
Après ce premier roman, naît le scénario d’un deuxième, “la Cour aux Étoiles”, et je me suis finalement consacrée à l’écriture. Et c’est une bonne manière de vivre plusieurs vies.


plume
L’écriture
Je suis plus efficace le matin et l'après-midi à partir de 16 heures, mais je travaille quand même toute la journée - en moyenne 10 heures par jour. Pendant la nuit, je réfléchis et je prends des notes, de manière  à rectifier ce que j'ai écrit dans la journée et à amorcer la suite.
Il y a des jours où tout semble facile, et des jours terribles où rien ne marche, quand je n'arrive pas à donner une ambiance prenante au texte. Or, l'ambiance est pour moi plus importante que l'histoire.
Une autre difficulté réside dans le fait qu’on ne sait jamais si le texte va plaire à un éditeur, et ensuite au lecteur. On travaille donc dans le noir absolu, avec le risque que le roman ne soit jamais publié.
J’aime à me plonger dans des époques révolues, à les ressusciter (Les Cinq Écus de Bretagne, les aventures de Garin, La Bague aux Trois Hermines, Le Signe de l’Aigle, Le dernier Espoir de Lucas, Ysée, Alaïs...), dans des périodes troublées (Les Messagers du Temps, L'Héritage d'Anouchka, Le Trésor des Aztèques, La Voix du Volcan, Les Disparus de la Malle-Poste…), dans des pays très différents du nôtre (L’Héritier du Désert, Deux Ombres sur le Pont, Prisonnière des Mongols, Les Enfants d'Athéna, Un Piège pour Iphigénie, Le Chat de l'Empereur de Chine…) ou des ambiances fantastiques (Le Maître de la Septième Porte, La Griffe des Sorciers, L'année du deuxième Fantôme…) : j’ai trouvé là une manière facile et agréable de vivre plusieurs vies.
Le monde d’aujourd’hui m’intéresse moins, justement parce qu’il y a moins à recréer. J'y plante tout de même parfois mon décor, quand je peux le voir sous un angle particulier: l'univers des chiens (A l'Heure des Chiens, La plus Grosse Bêtise) celui des abeilles (Du Venin dans le Miel), la relation avec le passé (Un si Terrible Secret, La Maison aux 52 Portes). J’aime qu’il y ait du mystère, du suspens, de l’aventure, des sentiments.
Quant à ma dernière série - Le Manoir - elle rassemble un peu tous les aspects de mon inspiration.

Beaucoup de mes romans se déroulent dans des lieux lointains, mais je ne fais pas systématiquement de voyage, car il est difficile de voyager dans le passé... je navigue surtout dans la documentation. Je suis quand même allée au Mexique pour “Le Trésor des Aztèques”, en Martinique pour “La Voix du Volcan”, en Écosse pour “L’Année du deuxième Fantôme”, à Vannes, Nantes, Poitiers, Concarneau, selon les romans, au Mont Saint-Michel pour “Un crâne percé d’un trou”, en Égypte pour "La Vengeance de la Momie"...
Je n’écris pas “pour les enfants”. Il se trouve que les sujets qui me plaisent, l’âge des personnages que j’aime mettre en scène et mon style font que les romans sont accessible à des jeunes. Toutefois, si les adultes n’avaient pas également du plaisir à les lire, ce serait pour moi très mauvais signe...
Un roman, s’il est bon, doit pouvoir plaire à tous.
Je n’en ai jamais fini avec l’écriture et, quand le texte change de présentation, je le relis... et j’en profite toujours pour faire des retouches. Il m’arrive même de tout réécrire.


plume
Le temps
Pour un roman, il me faut plusieurs mois de documentation (tout dépend du sujet), puis deux à trois mois d’écriture et de relectures.
Quand je me suis décidée pour un sujet, la documentation nécessaire m’aide à y voir plus clair. Comprendre ce qui faisait l’essentiel de la vie des gens à une époque ou dans un lieu me donne des idées pour mes personnages.
Pour un roman sans documentation, par exemple comme Mon Extraterrestre Préféré, la réflexion se fait sur un temps beaucoup plus long. Le roman me trotte dans la tête parfois pendant des années.
Un Trésor à l’Orphelinat a dormi quinze ans avant que je trouve sur quel ton je devais le raconter.


plume
Mon lieu de travail
Uniquement chez moi, sur un bureau en bois que je me suis fabriqué, et entourée de centaines de documents et de dictionnaires.
                                             
J’écris à l’ordinateur et retravaille tantôt sur le papier (la main intervient donc aussi), tantôt sur écran.  C’est important pour les corrections : on ne perçoit pas les mêmes choses sur les deux supports.
bureau


plume
Mes enfants
Je ne m’inspire pas d’eux ni de personne d’autre autour de moi (mes amis peuvent dormir sur leurs deux oreilles), car mes héros sont des personnages uniques, comme nous le sommes tous.

plume
Des chiffres en 2016
Environ 160 textes sont parus, certains dans la presse, la plupart dans l'édition. Il y en a des longs et des courts, regroupés ou seuls...
Se vendent le plus chaque année :  Le Manoir, La Maison aux 52 Portes,  Deux graines de Cacao, La Vengeance de la Momie, L’Inconnu du Donjon, Ysée, Alaïs, Un Cheval de Rêve, La Fille du comte Hugues, Rendez-vous à Alésia, Himalaya, Les Cinq Écus de Bretagne, Le Fantôme de Maître Guillemin, La plus grosse Bêtise, C'est ta faute...
Le total des ventes (sans la presse ni les traductions) avoisine les 6 millions de livres.

plume
Les romans qui tiennent une place à part dans mon coeur :
Mes romans, je les aime tous, évidemment, faute de quoi je ne les aurais pas écrits jusqu’au bout. Ceux qui me laissent le souvenir le plus fort : L’Héritage d'Anouchka, L’Année du deuxième Fantôme, Le Maître de la Septième Porte, Un Amour Eternel, Un Cheval de Rêve, La plus grosse Bêtise, Le Mystère de la Nuit des Pierres, Le Fantôme de Maitre Guillemin... Celui qui m’a le plus profondément marquée est Un si Terrible Secret: pendant toute la période où je l’ai écrit, je n’ai pratiquement pas pu dormir. Et puis il y a aussi bien sûr La Tribu de Celtill, avec laquelle j'ai vécu près de deux ans.


plume
L’éditeur
Je ne suis pas obligée d’envoyer mes manuscrits toujours au même éditeur. Je choisis, selon le genre du texte, la collection dans laquelle je le verrais le mieux s’intégrer.
C’est l’éditeur qui détermine ensuite l’aspect extérieur du livre : format, couverture, illustrations... la plupart du temps, je ne connais pas l’illustrateur et je ne vois pas les illustrations avant que le livre soit publié.
La date de parution du livre peut être très différente de sa date d’écriture. Certains éditeurs publient au bout de six mois (plutôt rare), d’autres mettront trois ans.


plume
A ceux qui ont envie d’écrire
Que nous soyons auteur publié ou auteur “amateur”, nous sommes, tous, seuls devant la page blanche. Avec les mêmes questions : est-ce que je vais réussir à mettre en scène mes personnages ? Est-ce que je vais trouver le ton qu’il faut ? Est-ce mon histoire ne va pas s’enliser, ou au contraire filer trop vite ?
Et il faut lutter contre l’impatience. Le Temps est un maître-mot de l’écriture : il faut PRENDRE LE TEMPS. C’est lui qui vous aide à peaufiner vos idées, à porter un regard plus critique sur ce que vous écrivez.
Pour être publiée, il n’y a qu’une méthode : envoyer son manuscrit à des éditeurs, par la poste, tout simplement. Le texte doit être dactylographié. L’ordinateur est pour ça l’outil le plus simple et, si l’éditeur retient le texte, il demande souvent de le lui envoyer ensuite en version numérique.
Pour choisir l’éditeur, il vaut mieux se renseigner sur le genre de livres qu’il publie (chacun a ses choix et ses préférences), pour ne pas envoyer le texte inutilement.

Et puis... il est conseillé de se rappeler ce que disait Steinbeck, "Comparé au métier d'écrivain, celui de joueur aux courses est une occupation stable et sûre".





brisou-pellen

Retour au début